Le massage du cuir chevelu

Le massage du cuir chevelu a pour but d’entretenir la souplesse du cuir chevelu, d’obtenir son assouplissement lorsqu’il est induré et de réaliser une activation de la circulation dans cette région si faiblement vascularisée.

Le massage « capillaire » d’entretien est malheureusement très peu pratiqué pour la raison suivante : il est très difficile de faire comprendre à la clientèle qu’elle doit se soigner à titre préventif, alors que nous avons encore si souvent tant de mal à lui faire accepter des soins pour des affections caractérisées.

Le massage capillaire, exécuté la plupart du temps dans un but curatif, exerce sur le cuir chevelu induré une action mécanique : sa mobilisation progressive par dislocation et dispersion des sérosités qui le « collent » aux os du crâne.

Il est évident que cet effet mécanique, qui s’accompagne d’une activation de la circulation sanguine locale et d’une « désintoxication » produira des effets secondaires sur la nutrition du poil qui se trouve ainsi très améliorée.

Pourquoi le massage du cuir chevelu ?

Ne ratez aucun article, inscrivez-vous à la newsletter
Vous pourrez vous en désinscrire à tout moment

Massage capillaire

Massage capillaire

Le massage du cuir chevelu n’a pas la prétention d’arrêter la chute des cheveux et de les faire repousser, mais il représente toutefois une excellente manœuvre pour normaliser les conditions de vie du cheveu en améliorant l’état du cuir chevelu.

Hors cet effet déjà fort appréciable, le massage capillaire n’a guère d’autre action. L’utiliser comme on le faisait naguère pour vider les follicules pileux de leur contenu gras dans le cas de séborrhée ne se conçoit plus aujourd’hui où l’on dispose pour cela de détergents qui ne sont que trop puissants dans de nombreux cas.

Comment se pratique le massage du cuir chevelu ?

Comme l’écrivent si justement les Docteurs A. Michel et A. Romanie, le but à atteindre est de mobiliser non pas les doigts sur le cuir chevelu, mais le cuir chevelu sur l’os du crâne.

La manoeuvre essentielle, et qui peut être unique, est la manœuvre de décollement. On la pratique de la manière suivante :

  • votre client étant assis, placez-vous derrière lui
  • placez vos deux mains, doigts écartés, sur chaque côté du crâne
  • efforcez-vous de mobiliser la musculature épicrânienne par un mouvement de va et vient exécuté avec le bout des doigts
  • la pression de vos doigts sur le crâne doit être ferme mais pas trop forte ; l’opérateur a trop tendance à appuyer fort, à faire mal et à irriter par la même occasion le cuir chevelu

Vous arrêterez la manoeuvre au bout de 5 à 6 minutes et vous vous placerez à coté du client en posant une main sur la région frontale, l’autre sur la région occipitale et vous répéterez le mouvement de va et vient.

Cette manoeuvre paraît simple et aisée ; mais souvent elle est loin de l’être notamment quand le cuir chevelu est à ce point infiltré qu’il est très dur à plisser.

Le mouvement de décollement ne produit au début qu’un assouplissement très léger, à peine sensible.

Éprouvant de la difficulté à faire « bouger » le cuir chevelu, l’opérateur a tendance à appuyer de plus en plus sur ses doigts pour venir à bout de ces muscles si résistants ; c’est justement ce qui ne faut pas faire. Ce qu’il faut, c’est être persévérant.

Fréquence des séances

Si on veut obtenir des résultats intéressants il est indispensable de pratiquer deux séances par semaines.

Dès que vous obtenez une amélioration, vous pouvez espacer les séances, mais évitez de les arrêter complètement.

Il en est des indurations du cuir chevelu comme de la cellulite ; dès qu’on arrête les massages, mais évitez de les arrêter complètement.

Le massage du cuir chevelu se pratique habituellement « à sec », mais on peut utiliser une crème capillaire de traitement, demi-grasse, ou grasse dans le cas de cuirs chevelus indurés secs ou pelliculaires.

Il faudra alors faire un shampooing après la séance.

Le massage circulatoire ou massage hypérémiant au cuir chevelu

Massage hypérémiant

Massage hypérémiant

Sous le nom de massage « circulatoire » ou  » hypérémiant », on a préconisé un massage du cuir chevelu présentant des similitudes avec celui que nous venons de décrire ; les doigts de l’opérateur, au lieu d’effectuer un décollement, exercent des frictions dirigées du bas du crâne vers son sommet afin de drainer le sang dans les régions qui sont les moins vascularisées.

Cette techniques a fait l’objet de quelques critiques que l’on peut résumer ainsi :

  • La manoeuvre classique de décollement par simple mobilisation suffit à activer la circulation ainsi qu’en témoigne l’élévation de la température locale après le massage.
  • Ces frictions et ces tractions sont susceptibles d’irriter le cuir chevelu et d’entraîner de nombreux cheveux moribonds que le client voit tomber « sous ses yeux »

Il est certain que ces cheveux seraient tombés tout seuls le lendemain ou le surlendemain, et on peut le lui expliquer ; mais le client sera rarement convaincu et ne retiendra qu’une fait : les cheveux tombent davantage lorsqu’on les masse.

Le massage « 20 raies, 20 minutes »

Cette méthode consiste à diviser d’abord le chevelure par raies successives et à pratiquer ensuite sur la portion de cuir chevelu ainsi mis à nu, des pétrissages longitudinaux exécutés avec le pouce et l’index : c’est une sorte de pincement glissé.

On comprendra aisément la difficulté et parfois l’impossibilité que présente l’exécution de ces pincements si le cuir chevelu est induré.

A notre avis, ce pétrissage longitudinal peut se concevoir et être pratiqué lorsque l’ensemble du cuir chevelu a été assoupli par la manoeuvre classique de décollement avec les doigts des deux mains.

Ajouter un commentaire