Peignage et brossage des cheveux

Le peignage et le brossage des cheveux sont des procédés indispensable chez un coiffeur. Toutefois, il faut se mettre au courant de certaines choses concernant le sujet.

Peignage, démêlage et peignes

Ne ratez aucun article, inscrivez-vous à la newsletter
Vous pourrez vous en désinscrire à tout moment

Peigne

Peigne

Il existe 4 sortes de peignes :

  • les peignes en ébonites, d’un prix de revivent très accessible
  • les peignes en corne, d’un prix plus élevé
  • les peignes en écaille dont le prix varie avec la couleur mais qui sont des objets de luxe
  • la coude ou petit peigne métallique uniquement destiné au démêlage des postiches

Commençons par mettre un peu d’ordre dans notre vocabulaire car les mot peignage et démêlage prêtent à une confusion qui règne même chez certains coiffeurs.

Théoriquement, il convient de distinguer les 2 et d’établir les définitions suivantes :

  • on nomme démêlage l’opération qui consiste à rétablir dans leur axe d’implantation les cheveux qui sont « mêlés » après le shampooing, surtout s’ils sont décolorés ; la décoloration, en effet donne lieu à des  phénomènes d’accrochage qui aggravent le désordre de la chevelure mouillée
  • le peignage est, dans le salon de coiffure, une opération qui se pratique à sec, principalement pour remettre en forme les cheveux longs et mi-longs en vue d’une coupe au carré

L’opération-peignage se pratique le plus simplement du monde :

  • on passe le peigne à grosses dents dans la chevelure humide
  • on pratique le finissage avec le peigne à petites dents

la chevelure état séchée, on la passe au démêloir pour parfaire sa mise en ordre ; elle est alors prête pour le coiffage.

Le brossage et les brosses

Brossage

Brossage

Le brossage doit être considéré essentiellement comme un soin d’hygiène destiné aux cheveux normaux.

On peut cependant admettre qu’il active la circulation lorsqu’il est pratiqué sur le cuir chevelu lui-même. Il peut, à ce titre, intervenir comme un adjuvant dans le traitement des cuirs chevelus indurés.

Le praticien en soins capillaires doit posséder plusieurs jeux de brosses dont les poils vont du « souple » au « rigide ».

On commence le brossage avec les brosses le plus douces et on termine avec celles dont le poil est le plus ferme.

En quelle matière doit être le poil de la brosse ?

Selon M. Anne Michel et Albert Romanie : « il faut éliminer les soies en nylon responsables d’altérations et même de chutes de cheveux. Ceci est dû au fait que les extrémités des poils de ces brosses sont à angles vifs et dilacèrent et arrachent les cheveux »

Vous utiliserez donc à la place de ces brosses trop mordantes pour la tige du cheveu et trop irritantes pour le cuir chevelu, des brosses en soies naturelles, de raideurs diverses, et même dures.

Que représente le brossage pour l’hygiène de la chevelure et que lest son but ?

Le brossage est un moyen mécanique de nettoyage du cheveu. Son but est d’enlever les impuretés et les poussières endogènes et exogènes qui se déposent sur la tige et de rendre ainsi à la chevelure sa souplesse, son brillant et son éclat.

Comment devez-vous l’exécuter ?

  • faites d’abord usage du démêloir
  • puis divisez la chevelure par une raie médiane
  • prenez ensuite dans chacune de vos mains une brosse de même forme et de même qualité et, en commençant d’un côté de la tête, saisissez entre les 2 brosses une mèche de cheveux que vous soumettez au brossage alternatif de l’une et de l’autre brosse :
    • l’une lisse la mèche par dessous
    • l’autre la lisse par dessus

Le brossage d’une mèche terminé, saisissez-en une autre jusqu’à ce que vous ayez fait le tour de la tête. Au cours du brossage, les cheveux peuvent parfois s’emmêler.

Il faut alors utiliser le démêloir et même une de ces lotions conçues justement pour faciliter le démêlage.

Le brossage peut-il être considéré comme un traitement ?

Les procédés modernes de soins ont relégué le brossage au rang des soins d’entretien.

Malgré cela, il conserve sa valeur et son intérêt « thérapeutique » lorsqu’il est convenablement utilisé par le praticien en soins capillaires pendant 15 à 20 minutes tous les 10 jours.

Veillez à la propreté des brosses. Leurs poils n’ont que trop tendance à retenir les poussières et autres déchets qu’elles prélèvent sur le cuir chevelu et les cheveux. Nettoyez-les après chaque séance et placez-les à l’abri.

La législation fait même au coiffeur une obligation de stériliser ses instruments de travail.

A cet effet, la « Fédération Nationale de la Coiffure » a conçu et réalisé des armoires métalliques dans lesquelles peignes et brosses sont soumis à l’action bactéricide des ultra-violets, mais un certain nombre de praticiens mettent tout simplement ces objets à tremper dans l’alcool.

En Amérique et dans quelques grands salons français, tout le matériel nécessaire au traitement de la cliente sont fournis, lavés et stérilisés, dans une pochette en plastique.

Ajouter un commentaire