Les huiles et les bains de crème

Les huiles végétales et animales occupent actuellement une place importante parmi les cosmétiques capillaires préventifs et curatifs de certains états et lésion du cheveu.

Les huiles

Ne ratez aucun article, inscrivez-vous à la newsletter
Vous pourrez vous en désinscrire à tout moment

Ces huiles, utilisées sous forme de « bains », rendent au coiffeur d’immenses services pour lutter contre le dessèchement du cheveu et les traumatismes de la décoloration, lorsque l’épidermicule de la tige risque d’être lésé ou lorsqu’il a été lésé.

Les huiles capillaires en « bains » semblent avoir une triple action :

  • par l’ensemble de leurs constituants gras, elles lubrifient le cheveu et le cuir chevelu
  • par certains de leurs constituants gras, elles peuvent se substituer aux sécrétions sébacées lorsque celles-ci sont insuffisantes
  • il semble même qu’on puisse aller plus loin et dire qu’elles ont une action régulatrice sur le fonctionnement des glandes sébacées ; cette action s’exerce aussi bien lorsqu’il y a insuffisance sébacée que lorsqu’il y a excès de sécrétion

Grâce aux principes vitaminiques que plusieurs d’entre elles contiennent, elles stimulent les fonctions de nutrition dans le cuir chevelu.

Les huiles les plus riches en vitamines, utilisées surtout comme émollients, sont les huiles :

  • d’avocat
  • de tortue
  • de foie de poisson

Ces huiles renferment principalement des vitamines A, D, E.

Il est certain qu’elles pourraient être utilisées aussi en bains d’huile, si leur odeur n’était pas si désagréable.

L’huile d’olive

Huile d'olive

Huile d’olive

Riche en acide oléique, convient très bien aux cheveux. Malheureusement, elle a l’inconvénient d’avoir une odeur déplaisante et de rancir rapidement ; ce qui est regrettable car, en plus de son précieux acide oléique, l’huile d’olive contient des petites quantités d’acide iso-linoléique, c’est-à-dire de vitamine F.

C’est un acide gras à très fort pouvoir graissant qui convient aussi bien au cuir chevelu sec qu’au cuir chevelu gras, dont il paraît normaliser les sécrétions.

L’huile d’olive est relativement peu utilisée de nos jours en cosmétique capillaire.

L’huile d’amandes douces

L’huile d’amandes douces a été employée pendant très longtemps, mais son pouvoir graissant étant faible, elle est jugée aujourd’hui insuffisante.

Étant aussi très fluide, elle manque de viscosité.

L’huile de ricin « codex »

On a substitué à cette huile, l’huile de ricin dite « soluble » qui s’émulsionne plus facilement dans l’au que l’huile de ricin « codex ».

Mais elle est difficile à enlever, quand on ne prend pas les précautions requises, dont la première est le rinçage par tous petits apports d’eau, le jet n’intervenant que 5 minutes au moins après cette technique.

Le rinçage peut se faire avec de l’eau additionnée d’une petite quantité de shampooing pour faciliter l’émulsion en même temps qu’on malaxe sans arrêt la chevelure.

L’huile de ricin, dont l’élément actif est l’acide ricinoléique, semble être la meilleure des huiles pour la chevelure ; elle est visqueuse et stable, fortifie réellement le cheveu et donne de très bon résultats lorsqu’ils sont traumatisés à l’occasion de décolorations très poussées.

Cette huile semble aussi régulariser le fonctionnement des glandes sébacées.

Malgré ses vertus, elle est souvent délaissée à cause des difficultés qu’éprouve le praticien insuffisamment averti de la méthode de rinçage. Si le rinçage n’est pas bien effectué, le cheveu reste lourd, incoiffable.

Nous pensons que cet inconvénient ne devrait pas se produire si l’applicatrice utilise seulement la quantité qu’il convient, et fait suivre l’application, après le temps de pose voulue, d’un shampooing doux qui l’émulsionne complètement dans l’eau tout en laissant le cheveu gaîné d’une pellicule de graisse qui le rend brillant sans l’alourdir.

Certains praticiens très expérimentés parviennent à rincer complètement le bain d’huile sans shampooing.

Retenez aussi que le bain d’huile procure au cheveu un brillant remarquable après le rinçage.

Comment on applique le « bain d’huile » ?

Bain d'huile

Bain d’huile

  • faites d’abord un shampoooing
  • essuyez à la serviette
  • les cheveux étant encore humides, appliquez l’huile avec un pinceau, de préférence « mèche par mèche »
  • après avoir badigeonné ainsi la totalité de la chevelure, malaxez et peignez ensuite avec un démêloir pour activer la diffusion de l’huile
  • pour que l’imprégnation des cheveux soit vraiment complète, vous pouvez pratiquer les méthodes suivantes :
    • emprisonnez la chevelure dans une serviette humide et chaude, ou, si vous disposez d’un appareil de vaporisation du type « casque à vapeur », imprégner la chevelure de vapeur humide et chaude
    • le temps de « pose » doit être, dans un cas comme dans l’autre, de 10 à 25 minutes ;  ce laps de temps écoulé, faites un shampooing en malaxant longuement et patiemment la chevelure
    • rincez en versant l’eau peu à peu afin de bien la mélanger à l’huile et rincez à plein jet, seulement lorsque le mélange sera bien homogène

Les huiles destinées aux « bains » pour cheveux sont spécialement préparées dans ce but. Ainsi, par exemple, différents fabricants livrent de l’huile de ricin « soluble à l’eau » afin qu’elle « colle » le moins possible au cheveu.

L’huile de cade

Cette huile peut être employée aussi en « bains » contre le cheveu fourchu.

Les bains de crème

Bien des professionnels préfèrent à l’heure actuelle aux bains d’huile, les bains de crème qui se retirent très facilement. Ces crèmes sont représentées, en général, par des émulsions de corps gras dans l’eau.

Déjà très finement dispersés dans la crème, les corps gras s’ôtent aisément au rinçage. Les bonnes crèmes capillaires sont à base d’huiles végétales auxquelles on a mélangé d’autres corps actifs gras.

Bain de crème

Bain de crème

Le mélange est stabilisé par des :

  • anti-rancissants
  • des antiseptiques

La lanoline, la lécithine, de faibles quantités de cholestérol, des acides gras sélectionnés, tels les acides oléique et iso-linoléique, de la moelle parfois, sont fondus dans l’huile et dispersés dans une quantité convenable d’eau grâce à l’intervention d’un corps chimique appelé émulsionnant.

Le produit fini est légèrement parfumé et parfois coloré.

La composition de ces crèmes est sensiblement la même, qu’il s’agisse d’un produit pour les pointes, ou d’un « bain de crème » pour toute la chevelure.

Les crèmes de bonne qualité ne contiennent que des graisses organiques, c’est-à-dire végétales et animales, à l’exclusion de pseudo-graisses de pétrole qui ne sont que de hydrocarbures très visqueux n’ayant aucune des propriétés biologiques des graisses organiques, des graisses vraies…

Ces pseudo-graisses peuvent servir à la rigueur à la fabrication des brillantines, mais elles ne peuvent absolument pas donner de bons produits de soins.

Il peut arriver qu’une crème ne soit pas une émulsion, mais un simple mélange de corps gras. Dans ce cas, elle est plus visqueuse, plus dense, mais tout aussi efficace qu’une crème émulsionnée. Son inconvénient est la difficulté qu’elle présente au rinçage.

On applique ces crèmes à la main et on malaxe la chevelure.

Afin de faciliter la pénétration des constituants gras dans la tige du cheveu, il est souhaitable de pratiquer un bain de chaleur avec une serviette chaude et humide ou avec un vaporisateur.

Ajouter un commentaire