Le pH de la peau avant le soin de beauté ?

Bien que la prise du pH de la peau par l’esthéticienne ne soit pas indispensable car, elle n’est pas une valeur absolue et présente, on peut dire que Jean Morelle que cette mesure est un “acte intelligent” : elle lui permet de se rendre compte si le pH est physiologique et, dans le cas où il serait supérieure à 5, 5 – 6 d’appliquer un traitement cosmétique susceptible de le ramener à la normale.

Oui, prendre le pH, mais comment ?

Mais, nous l’avons dit, le pH cutané est influencé par toutes sortes de facteurs externes et internes qui le font varier de jour en jour en même “d’heure en heure”.

De telle sorte qu’il est impossible d’affirmer que le pH de tel sujet est de 5,5 ou 6… si on ne l’a pris qu’une fois.

La mesure du pH cutané doit être prise dans des conditions très particulières et contrôlée régulièrement si on veut le connaître exactement.

C’est cela le grand inconvénient pratique.

En effet :

Démaquiller  avant de prendre le pH est aussi ridicule que de prendre le pH d’une peau recouverte d’une crème ou de tout autre produit, car le démaquillant lui-même a son pH et peut donc impressionner la peau.

L’eau distillée ne nettoie pas ou très mal et est entachée du même défaut que le démaquillant : elle a son pH qui a même été pris comme symbole de la neutralité (7)

Il n’existe qu’une possibilité raisonnable de mesurer le pH cutané ; c’est de le faire sur une peau n’ayant reçu aucun produit depuis au moins 3 heures.

A la vérité, le meilleur moment est le matin, la toilette faciale ayant été faire la veille au soir.

C’est le moment favorable à tous les points de vue caron se trouve en dehors des périodes digestives ; on élimine donc le facteur métabolique de la modification du pH, celui-ci étant très sensible et très mobile.

Ces inconvénients ne rentrent pas en jeu s’il s’agit d’une analyse entreprise pour un examen médical ; mais il est malaisé d’imposer certaines conditions à la cliente pour un simple examen d’ordre esthétique qui n’est pas indispensable.

Le pouvoir tampon de la peau

Détergents

Détergents

L’analyse chimique des téguments montre que la plupart des maladies de la peau provoquent une perturbation dans l’équilibre biochimique qui se traduit par une modification du pH vers l’alcalinité et d’une modification de ce qu’on appelle le “pouvoir tampon de la peau”.

On définit par ce nom la propriété que possède la peau saine, intacte, normale, “de réagir aux variations du pH provoquées par des produits alcalins, et de récupérer, de rétablir plus ou moins rapidement son pH initial”.

La notion de pouvoir tampon de la peau est aussi important à connaître que la notion du pH.

Tâchons de l’expliquer plus clairement.

Les substances qui interviennent dans la formation du manteau acide de l’épiderme des protéines à caractère acide sont les plus importantes.

Or, le savonnage fréquent de l’épiderme peut en diminuer la valeur, surtout si les détergents employés pour cet usage nettoient… “trop bien”, c’est-à-dire s’ils sont trop détersifs.

C’est le cas des détergents actuels utilisés pour l’usage domestiques.

Ainsi lorsque le pH de la surface cutanée est par exemple de 5,5 avant le lavage, il peut passer à 7, et même au-delà après usage du détersif.

A ce moment, le “pouvoir tampon de la peau” ce pouvoir d’amortir les “choc de nature chimique” entre ne jeu : par la sécrétion, la formation de ces substances qui forment son “manteau acide”, la peau ramène son pH, devenu alcalin, à ce qu’il était avant l’usage du détergent, c’est-à-dire à l’acidité.

R.M. Gatefosé et le Dr H. Jonquière écrivent : “la sensation dite de propreté qui suit chaque lavage correspond le plus souvent à une période pendant laquelle le “manteau acide” n’est pas encore reconstitué”.

Après un temps plus ou moins long, cette sensation disparaît. L’alcali est alors neutralisé totalement par les sécrétions naturelles et les produits de métabolisme ayant contribué à la formation de la couche cornée.

“En réalité, c’est à ce moment seulement que le corps est physiologiquement propre”.

En tenant compte du “labeur” que la peau accomplit pour récupérer son acidité, pour lui épargner ce labeur qui la fatiguera et la vieillira rapidement, pour lui éviter de demeurer trop longtemps en été d’alcalinité, les cosmétologue préparent des émulsions et des lotions acides ou des crèmes à pH bas et à pouvoir tampon acide élevé, afin qu’elle puisse récupérer le plus rapidement possible son “manteau acide”.

Ajouter un commentaire