Examen de la chevelure et du cheveu

Comme l’examen du cuir chevelu, il est aussi important d’effecteur l’examen de la chevelure et celui du cheveu.

Examen de la chevelure

On examine une chevelure en la prenant dans la main afin de se rendre compte de son volume :

  • important
  • moyen
  • faible

Autrefois, lorsque l’hygiène capillaire était pratiquée seulement par quelques “privilégiés”, cet examen tactile révélait immédiatement :

  • si elle était grasse ou sèche
  • si elle était souple ou lourde…

Il est pratiquement impossible de s’en rendre compte aujourd’hui sur la plupart des clientes qui fréquentent vos salons.

On dit : “à cuir chevelu sec, cheveux sec” et “à cuir chevelu gras, cheveux gras”, et c’est exact dans la majorité des cas.

Mais il suffit que la client ou le client, qui a un cuir chevelu sec, mette de la brillantine pour fausser l’examen.

Et pourriez-vous déclarer que les cheveux de telle cliente, à la coiffure abondamment laquée, sont gras ou secs ?

Encore une fois, écoutons ce qu’elle nous dit et tenons compte de ses constatations.

En tout état de cause, signalons que les cuirs chevelus gras sont actuellement très nombreux chez la femme.

Examen du cheveu

L’examen du cheveu peut être effectué :

  • à l’œil nu
  • au toucher

Vous examinerez :

  • s’il est intact ou détérioré
  • s’il est suffisamment ou insuffisamment lubrifié
  • quel est son aspect

Comme nous l’avons fait pour le cuir chevelu, brossons d’abord le “portrait” du cheveu normal.

Le cheveu normal peut varier dans son épaisseur et dans sa couleur, mais il répond à des caractéristiques constantes qui sont les suivantes :

  • doux au toucher
  • souple
  • tonique : il ne doit pas retomber mollement si on soulève une mèche, mais posséder un certain “tonus”
  • il ne doit pas être cassant, ni à la tige ni à la pointe
  • être naturellement brillant
  • être ni trop gras ni trop sec
  • tomber normalement

Examinez s’il est intact ou détérioré

Un cheveu qui donne un toucher doux est un cheveu dont la substance superficielle est intacte ; ce cheveu n’a pas été abîmé par des manipulations et des préparations cosmétiques trop “mordantes”.

S’il est rêche, 2 raisons peuvent en être la cause :

  • il s’agit d’un gros cheveu dont la texture est grossière et qui n’est pas abîmé
  • il s’agit d’un cheveu moyen ou fin dont les parties superficielles ont été attaquées par des produits divers, décolorants en particulier ; la tige a subi un commencement de dégradation parce que :
    • la décoloration a été faite avec des produits trop forts
    • un temps de pose a été trop long
    • on a négligé de traiter le cheveu après la décoloration

Les cellules de l’épidermiculese soulèvent, se fragmentent, et forment des arêtes qui peuvent voisiner avec des dépressions représentant le vide causé par leur destruction.

En ce cas, la surface du cheveu étant plus ou moins accidentée, son toucher ne peut plus être doux ; il le redeviendra après un traitement plus ou moins prolongé avec des huiles ou des crèmes;

En plaçant le cheveu sous une bonne lumière, vous constaterez parfois qu’il est fourchu : la tige est fendue et se sépare en 2 segments.

On a donné à cette lésion du cheveu le nom de trichoptylose.

Elle est extrêmement répandue ; même les enfants en sont souvent atteints.

On ne connaît pas toutes les causes de la trichoptylose. Certaines sont incontestablement d’origine externe et mécanique : la tige à été scindée par l’emploi de brosses trop dures, en nylon, par l’effilage au rasoir, par l’emploi de peignes à dents trop serrées et surtout par la permanente chaude.

On entendra des clientes accuser le frottement de leurs cheveux sur le col de la robe mais cette théorie est très discutable ; le frottement peut, à la rigueur, user les pointes, mais il ne semble pas qu’il puisse causer un partage de la tige.

Cependant, on trouve des cheveux fourchus chez les sujets qui ne paraissent pas se trouver dans les cas que nous venons de décrire, ni dans d’autres analogues ; il se pourrait donc que certaines causes organiques puissent provoquer des fourches.

Cette défectuosité se soigne heureusement avec succès par des bains d’huile.

Examinez s’il est suffisamment lubrifié

Examen au toucher

Examen au toucher

Le toucher rend compte du degré de graissage du cheveu.

Théoriquement, celui-ci est fonction de l’état sébacé du cuir chevelure.

Si le cuir chevelu est gras, le cheveu devient gras dans un temps très variable : de 8 heures à une semaine.

Dans le cas de séborrhée fluente, le cheveu peut être huileux comme le cuir chevelu.

L’ensemble de la chevelure est alors terne et se répartit en mèches agglomérées par la graisse : la mise en plis tombe rapidement.

Il peut aussi exister un déséquilibre entre le cuir chevelu et le chevelu : s’il y a des pellicules grasses, on comprendra que le sébum s’étant solidifié n’imprègne pas les cheveux qui peuvent alors fournir un toucher normal ou même légèrement sec.

Parfois, les “racines” seules peuvent être grasses et les pointes demeurer relativement sèches parce qu’elles ont été abîmées dégradées, par des traitements mal conduits.

Mais le cheveu peut aussi être sec, soit naturellement, par insuffisance de sécrétions sébacées, soit accidentellement par l’effet des décolorations ou des teintures.

Soulignons un détail : les pointes qui représentent la partie la plus fragile du cheveu, parce que la plus mince, se dessèchent très facilement et se dégradent de même si elles ne sont pas l’objet de soins particuliers dans le cas de cheveux décolorés, si le cheveu est sec dans son ensemble, elles auront alors tendance à l’être plus encore.

Le toucher révèle le degré de tonicité du cheveu et sa solidité.

Les cheveux sains doivent présenter un certain “tonus”, ne pas retomber mollement et inerte, lorsqu’on en soulève ne mèche.

Si on prend le cheveu par le milieu de la tige et si on la soumet à la traction, il ne doit pas casser aux “racines” ; de même si on l’étire par la pointe, celle-ci résistera à la traction.

La cassure a une origine différente selon qu’elle se produit à la “racine” ou à la pointe ; elle est plus grave dans le premier cas car elle tient à un état morbide du cheveu alors que, dans le second cas, elle est simplement d’origine traumatique : desséchée, dégradée et amenuisée par de mauvais traitements, la pointe cède.

Examinez que est son aspect

Cheveu brillant

Cheveu brillant

Le cheveu sain, normal est braillant.

Lorsque le cheveu est terne, on peut invoquer 4 causes principales :

  • le cheveu perd de sa brillance car l’état général du sujet est déficient
  • abîmé, traumatisé, desséché par des manipulations externes, le cheveu ne réfléchit plus la lumière
  • trop gras, le cheveu se recouvre de toutes sortes d’impuretés de l’atmosphère qui viennent s’y déposer et se “coller” à lui
  • le cheveu est tout simplement sale, ou lavé avec un shampooing exagérément détergent qui dissout tout le film sébacé

Ajouter un commentaire