Le cheveu dans le cuir chevelu

La chevelure, écrivait Sabouraud, est un isolant ; toutefois, elle présente aussi d’autres rôles.

Le rôle des cheveux

Cheveux

Cheveux

Les cheveux constituent un véritable vêtement naturel de la tête qui protège le cuir chevelu contre :

  • le froid
  • les poussières

Ils filtrent l’air qui passe entre eux, de telle manière que le cuir chevelu à cheveux longs n’est jamais sali que par lui-même par :

  • ses sécrétions
  • ses déchets d’exfoliation

Les cheveux longs protègent encore le cuir chevelu contre beaucoup d’affections microbiennes.

Aussi voit-on un grand nombre de ces microbes n’atteindre le cuir chevelu que par ses frontières.

Ce rôle utile du cheveu ne peut être considéré comme providentiel car il a un contrepartie.

Le cheveu étant profondément implanté dans la peau, lorsque les microbes pathogènes ont envahi son follicule, ils y trouvent un abris sûr contre toutes les désinfections superficielles qu’on peut tenter.

Le follicule pilaire se trouve être ainsi le défaut de la cuirasse épidermique humaine parce qu’en raison de sa profondeur, il ne peut être désinfecté comme peuvent l’être les surfaces planes de la peau.

En plus de ce rôle d’isolant du cuir chevelu, il convient de conférer aux cheveux un rôle ornemental, le seul peut-être qui ait été donné par la nature à un organe du corps humain.

Le rôle du cuir chevelu

Si la peau du cuir chevelu possède les mêmes caractéristiques anatomiques et histologiques que celles des autres régions du corps, et si elle recouvre aussi des muscles, elle présente pourtant une particularité importante : La peau du cuir chevelu est un ensemble musculo-cutané destiné à la protection des plus précieux de nos os, ceux de la boîte crânienne, dont l’enveloppe musculaire qui l’entoure, contrairement aux autres muscles, a un rôle purement passif.

Ils servent, en effet, de tampon, d’amortisseur, contre les chocs et les traumatismes dont nous pouvons être victime.

Conséquences de l’immobilité du cuir chevelu sur la chevelure

Les cellules des muscles du cuir chevelu assimilent des matériaux nutritifs et produisent, par conséquent, des déchets.

Mais l’immobilité des muscles favorise la rétention de ces déchets, dont les inconvénients sont les 2 sortes :

  • les déchets n’étant pas draînés par le sang, s’accumulent
  • la circulation sanguine épicrânienne, ainsi ralentie faute d’activité musculaire, est entravée, de plus, par l’accumulation des déchets qui encombrent les vaisseaux ; l’oxygène artériel y parvient en trop faible quantité pour les brûler convenablement ; le cuir chevelu est ainsi “auto-intoxiqué” et dans un grand nombre de cas, il devient induré

Le coiffeur connaît bien cette induration qui résiste aux manœuvres manuelles et donne l’impression que le cuir chevelu et les muscles sont “collés’ aux os du crâne, à l’exception de l’occipital qui glisse sous les doigts.

L’induration du cuir chevelu représente une des indications majeures du massage, dit “capillaire”.

Massage capillaire

Massage capillaire

Quelles sont les conséquences de l’inactivité des muscles du cuir chevelu et de l’accumulation des déchets sur le développement et l’aspect du cheveu ? Elles sont de 2 sortes :

  • d’ordre toxique
  • d’ordre trophique

Le cheveu est “intoxiqué”

A partir du moment où les muscles accumulent trop de déchets, ces derniers iront s’infiltrer en partie dans la peau puisqu’il n’existe pas de cloison étanche entre l’hypoderme et le muscle qu’entre le derme et l’épiderme.

La migration de ces déchets ne doit pas vous étonner puisque la peau est un organe d’élimination ; l’organisme s’efforce de rejeter par la voie cutanée les résidus qu’il ne parvient pas à détruire par la combustion ou le draînage vers les voies rénales.

La peau et ses annexes, dont les cheveux, sont ainsi envahis par des substances toxiques.

Le chevelu est atteint de trouble trophiques, c’est-à-dire de troubles de la nutrition

L’action chimique des déchets déposés ans la peau compromet la nutrition normale du cheveu en modifiant le “milieu” cellulaire et en empêchant le déroulement normal de ses fonctions.

Cette situation est aggravée, en outre, par le fait que les matériaux alimentaires distribués par le sans parviennent au cheveu en qualité insuffisante.

En effet, la circulation sanguine des vaisseaux capillaires, physiologiquement lente au niveau des muscles épicrâniens, le sera encore plus au niveau de la peau et ne parviendra plus à irriguer suffisamment la racine du cheveu.

La peau deviendra anémique ou, selon l’expression du Dr Jonquiere, véritablement “anoxémique” c’est-à-dire privée d’oxygène.

Les conséquences de cet état de choses sont faciles à prévoir :

  • le cheveu s’affaiblit progressivement
  • il peut tomber

Traiter seulement le cheveu serait dans ce cas insuffisant, et même inutile, puisque la cause de sa déficience réside dans l’état du cuir chevelu.

Un commentaire

  1. Hermence

Ajouter un commentaire