Troubles du cuir chevelu

Nous donnons le nom de “troubles du cuir chevelu”, à quelques inconvénients qui peuvent se manifester au niveau de cette région cutanée, à savoir :

  • l’induration plus ou moins marquée
  • l’excès de la sécrétion sébacées

Nous rejetons le terme “affections” puisque ces états ne peuvent pas être considérés comme “maladifs”.

Ils représentent des inconvénients bénins être et très fréquents dont les conséquences sont exclusivement d’ordre esthétique.

Parfois, ils peuvent atteindre, bien entendu, un stade extrême, pathologique ; le praticien en soins capillaires comprendra alors que l’état général de son client est en cause et qu’il faut le diriger vers le médecin traitant ou le dermatologue, de préférence.

C’est une question de bon sens, de logique et de mesure.

L’induration du cuir chevelu

Nous avons dit que l’immobilité relative du cuir chevelu était responsable d’un état particulier de cette région, son manque de souplesse, son induration, et qu’il fallait entendre par ce dernier terme, la difficulté de mobiliser les muscles du crâne.

L’induration peut aller, dans certains cas, à un durcissement si important que la mobilisation se révèle difficile à exécuter.

Tout d’abord, le ralentissement de la circulation sanguine locale dû au fait que les muscles du crâne ne sont pas soumis au travail de contraction et de décontraction habituel des autres muscles.

Cet état est aggravé lorsque des déchets cellulaires, s’accumulant dans les tissus, compriment encore plus les vaisseaux et les empêchent ainsi de livrer normalement le passage au sang ; d’où diminution d’apport d’oxygène.

En outre, ces déchets organiques ne sont plus convenablement brûlés et les échanges entre les cellules et le milieu sont défectueux et insuffisants  ; il se produit des troubles trophiques, c’est-à-dire des troubles de la nutrition.

L’induration du cuir chevelu est appelée parfois “cellulite du cuir chevelu”, ce qui impliquerait une altération du tissu conjonctif comme on en observe dans d’autres parties du corps, aux cuisse en particulier.

Quelles sont les conséquences de l’induration du cuir chevelu ?

L’induration contribue à abréger la vie du cheveu et à provoquer sa chute.

Vous savez surement que le cheveu vivant dans un terrain mal irrigué et “aride” ne pourra pas faire de “vieux os”.

Signalons que dans la majorité des cas, un cuir chevelu induré est sec.

Excès de la sécrétion sébacée

Le cuir chevelu devient gras parce que les glandes sébacées sécrètent une quantité excessive de sébum.

On donne à l’excès de cette sécrétion le nom de “séborrhée”.

Considérée autrefois comme une affection microbienne provoquée par un microbacille, la séborrhée apparaît apparaît aujourd’hui comme la conséquence de différents désordres d’origines interne dont les mécanismes demeurent encore obscurs.

Nous nous garderons de faire l’exposé e ces travaux afin de ne pas nous perdre dans le labyrinthe des problèmes et des discussions qu’ils soulèvent.

Une littérature extrêmement abondante et toujours renouvelée permettra aux lecteurs intéressées par le problèmes de la séborrhée, d’approfondir leurs connaissances en la matière.

Il suffira au praticien en soins capillaires de savoir que la séborrhée peut se manifester sous différentes formes ou degrés : faibles, moyenne, grave.

La séborrhée faible ou moyenne est un inconvénient très fréquent et très banal.

Elle relève, la forme grave, appelée séborrhée fluente, celle qui donne l’impression d’un véritable écoulement de matière huileuse descendant même sur le front et le nez, ne sera arrêtée ou améliorée que par l’intervention du Médecin instituant un traitement général et local approprié.

Il s’agit, encore une fois, d’une question de logique, de discernement et de bon sens.

Ne nous posons pas les questions classiques : “à quoi reconnaît-on qu’un cuir chevelu est gras ?” et “comment le praticien en soins capillaires peut-il s’en rendre compte ?”

Vos clientes le savent bien et refuseront de s’abstenir de tous soins du cuir chevelu et des cheveux pendant 8 jours pour vous donner moyen de confirmer leur constatation.

Quelles sont les conséquences de la séborrhée ?

  • la séborrhée contribue à abréger la vie du cheveu à cause de la gangue de graisse qui s’accumule autour du bulbe de cheveu et à provoquer l’apparition de la calvitie ; des travaux récents montrent en effet qu’un des constituants du sébum, le squalène, lorsqu’il est présent en excès, agit comme un véritable dépilatoire
  • les cheveux deviennent ternes, lourds et paraissent sales, même si le shampooing a été fait il y a 48 heures à peine
  • lorsque la séborrhée est fluente, les cheveux “collent”, se mettent en “paquets” et “démolissent” la mise en plis

Signalons que les séborrhées importantes s’accompagnent le plus souvent d’hyperhydrose, c’est-à-dire d’une augmentation, d’une exagération de la sécrétion sudorale. Mélée au sébum, la sueur accentue l’aspect très inesthétique de la chevelure.

Un commentaire

  1. Hermence

Ajouter un commentaire